Digital Rights Management - Liberté (0 - 1)

En français, Dispositif de Contrôle d’Usage, ou encore gestion des droits numériques, bref, une cochonnerie visant à contrôler qui a le droit de faire quoi avec les fichiers et ses appareils de "haute technologie". les DRM avaient été introduits dans la loi DADVSI (droits d’auteurs et droits voisins dans la société de l’information). Pour dénoncer cette ignominie (voir ce billet), le collectif StopDRM avait décidé de prendre la loi au pied de la lettre. Ainsi, des actions basiques, telles que compresser un DVD en Divx pour pouvoir le lire sur son lecteur portable, copier des fichiers musicaux compressés vers leur balladeur, ou encore lire un DVD sous GNU/Linux ont été entreprises. Et ces vilains criminels se sont rendus à la police en avouant leurs méfaits.
La décision du Tribunal de Grande Instance de Paris vient de tomber: "des motifs d’ordre juridique empêchent la mise en œuvre d’une poursuite pénale. En effet, la loi interdit toute poursuite pénale à l’encontre d’une personne considérée comme irresponsable dans les trois cas suivants : troubles psychiques, légitime défense ou force majeure".
Non, personne n’est mentalement défaillant, pas plus qu’une attaque de DVD revanchards n’a eu lieu. La force majeure est la véritable raison. En effet, comment lire un DVD sous GNU/Linux sans être forcé de contourner les mesures techniques de protection (car, bien sûr, seuls deux ou trois systèmes d’exploitation propriétaires ont le fameux sésame leur permettant de lire ces disques cryptés) ? Comment copier vos fichiers musicaux sur votre balladeur sans contourner cette (stupide) protection ? En clair, les DRM, hormis embêter les gens qui ne font rien d’illégal, ca ne sert absolument *à rien*.
Une victoire bienvenue, somme toute. J’oubliais, si jamais vous aviez à devoir trouver une clef numérique pour décrypter un disque commercial et que vous ne pouviez pas faire autrement (car, par exemple, vous refusez de laisser vos doigts dans le giron de logiciels propriétaires), ceci pourrait vous servir: 09 F9 11 02 9D 74 E3 5B D8 41 56 C5 63 56 88 C0. Parait-il que certains majors voudraient poursuivre toute personne diffusant cette simple valeur numérique. Hmmm, comment dire, étouffez-vous avec vos millions ?
Enfin une victoire pour la liberté dans ce quinquennat liberticide. PS j’ai failli oublier: le code qui-va-bien pour décrypter les DVD. Et enfin, un billet vous expliquant plus en profondeur le pourquoi du comment de cette histoire de clef.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.quelquesmots.fr/dotclear/index.php?trackback/13

Haut de page