MoDem

Deuxième exception, je vais (encore un peu) parler de moi. Quand j’ai ouvert ce blogue, il y’a environ un an, c’était purement dans l’idée de râler et de dénoncer certains faits marquants et/ou choquants. Je me réclamais indépendant, non affilié à un quelconque parti politique.
Les choses ont évoluées. J’ai arrêté de voter par défaut, grâce, il faut bien l’avouer, aux dernières élections présidentielles. Par défaut, mais encore? Je me complaisais dans le vote familial classique, socialement inculqué tout au long de mon éducation, sans chercher beaucoup plus loin. Or, ce temps là est révolu, il aura fallu attendre la 3ième élection présidentielle à laquelle je pouvais m’exprimer pour faire (enfin!) un choix plus personnel.
Faire ce choix ne fût pas si facile. Il me fallait déjà me définir plus clairement en tant qu’être "politique", ce qui n’est pas déjà pas si évident. Après tout, entre notre héritage familial, scolaire, professionnel, l’influence des médias (etc), il n’est pas aisé de réfléchir objectivement. Sans compter qu’il n’est pas plus simple de s’accorder avec soi-même sur les principaux problèmes, et sur les moyens qu’on estime les meilleurs pour les régler. Au final, il se trouve que le parti avec lequel j’ai trouvé le plus d’affinités est le MoDem. J’y ai apprécié le courage d’affirmer son centrisme, et assumer de prendre les meilleures idées de droite comme de gauche, tout en restant indépendant. Indépendant de cette opposition archaïque gauche/droite, où, quels que soient ceux au pouvoir, les opposants font tout pour geler le pays, bien loin de tenter de composer avec leurs sensibilités respectives, pour le bien de la nation.
En résumé, j’adhère pour la première fois à un parti, mais je n’y suis pas vendu pour autant. Je n’hésiterais pas à râler quand certaines choses s’y passant ne me plairont pas, et ferais mon possible pour apporter ma pierre à l’édifice, en espérant que cela permettra d’enfin faire bouger et évoluer le paysage politique français.
J’ai mis un lien vers le site du MoDem, lisez, réfléchissez, et dites-moi vos impressions, vos opinions. Je ne ferais pas de censure, exception de l’expression la moins subtile de la débilité la plus profonde.
Ma prochaine bafouille aura pour thème la polémique tournant autour du cadeau fiscal des intérêts d’emprunts immobiliers. Vous ne croyiez quand même pas que j’allais faire un baratin encensant le gouvernement ou ses opposants, si ? :-)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : https://www.quelquesmots.fr/dotclear/index.php?trackback/5

Haut de page